Nourritures du Monde, ouvertures sur le Monde

Nom du partenaire
  • Artisans du Monde
  • La boite à Lumière
  • Restaurant scolaire Jean Perrin
  • Association Tisser la Paix
Rôle
  • Porteur du projet
  • Intervenant ponctuel
  • Intervenant ponctuel
  • Intervenant ponctuel
Nom de l'établissement / organisation
Collège Jean Perrin
Adresse
14 avenue de Lattre de Tassigny
69009 Lyon
France
Date de démarrage et durée du projet
02/02/2015 - 31/05/2015
Niveau d'enseignement
  • Collège
Nombre d'élèvres, d'enseignants et personnel de l'établissement concernés
200 élèves et une vingtaine d'adultes
Thèmes
Alimentation, Autre, Droits de l'Homme
Disciplines
Histoire, Langues, Sciences
Préciser le cadre du déroulement du projet

Travail dans cinq classes conjointement et réalisation du club jeux de société de la MJC (Maison des jeunes et de la culture), lien avec le lycée Jean Perrin qui conduisait une action conjointe.

Objectifs pédagogiques

- connaître les conditions de production de certains produits alimentaires, avec un éclairage sur les droits de l’homme, droits économiques sociaux et culturels.

- savoir d'où viennent nos aliments et prendre conscience des relations Nord Sud du point de vue alimentaire et de l'interdépendance de nos sociétés.

- rendre les élèves acteurs, après les avoir fait participer à des ateliers de sensibilisation, leur faire réaliser une action concrète, en tant que citoyens du monde : les élèves deviennent eux-mêmes animateurs de jeux de rôle et de situation. Cela nécessite de faire preuve d'initiative. Coopérer dans un projet collectif. Dans ce cadre, pouvoir identifier ses points forts et ses points faibles et développer des capacités qui ne sont habituellement pas mobilisées dans sa vie de collégien. Développer sa confiance en soi, en changeant sa position de collégien, pour une posture de collégien-citoyen.

- appréhender les cultures des pays du Sud : rencontre pour une classe de 6ème de la réalisatrice de l'association Tisser la Paix pour un film sur la vie quotidienne d'enfants des pays du Sud (Mongolie et Ladakh). Travail des classes d'Espagnol autour de l'exposition «Portraits Sonores» de producteurs et consommateurs de produits du commerce Equitable. Travail d’une classe de 3ème autour des poèmes de la négritude.  

- développer une culture de la paix. Ce dernier aspect a été abordé en filigrane, dans la connaissance des conditions de production de certaines denrées alimentaires. La mise en action des élèves en tant qu’interlocuteurs vis à vis de leurs camarades, leur permettant de développer des qualités de communication, participe de cette culture de la paix. 

Résumé

Deux classes ont bénéficié de temps de travail avec l'association Artisans du Monde suivant deux axes, la sensibilisation à l'interdépendance des relations sud nord, et la possibilité d'agir par nos choix de consommateurs. Ces élèves ont été amenés à participer en tant que classes « pilotes » à l'organisation de la semaine du Commerce Équitable au collège.
Dès le mois de mars, des travaux préparatoires ont été conduits en lettres et documentation. Les grands échanges commerciaux et les découvertes végétales qui en découlent ont été abordés par la réalisation de monographies d’épices et d’explorateurs. Ce travail de recherche et de mise en forme d’information, a permis de réaliser une exposition botanique,  un jeu de memory, et la réalisation d'un Kim odeur. 
Le problème de l'esclavage des enfants a été abordé via l’étude d’un ouvrage de littérature jeunesse Deux graines de Cacao de E. Brisou-Pellen, puis une recherche documentaire en salle informatique sur les conditions de production de cacao, et le rôle des enfants dans cette production. Cette collecte d'informations a été réinvestie dans des affichettes à destination de la communauté scolaire lors de la semaine du Commerce Equitable, et a permis la réalisation d'une petite exposition “chocolat”.

En avril mai, en géographie avec Artisans du Monde, la thématique des échanges inégaux, des ressources alimentaires de l’esclavage des enfants ont été reprises et approfondies, par la réalisation de jeux de rôle, de mini débats, de mises en situation.
Une mini campagne d'affichage sur le thème du travail des enfants et de la production du cacao a été réalisée pour informer sur la date des animations. La semaine s'adressait à tous les élèves, et au personnel, qui ont été invités à découvrir certains aspects de la consommation responsable. Il semble que cette information ne soit pas passée auprès de tout le monde.

En mai, l'exposition des photos de Peter Menzel, relayée dans les manuels scolaires a été exploitée en anglais et en mathématiques afin de préparer des questions pour un jeu de plateau autour de l'exposition. Le plateau du jeu a été réalisé par le club Jeux du collège, animé par la Maison des jeunes et de la culture.
En avril, des élèves ont travaillé autour de poèmes de la négritude, donnant lieu à une petite exposition des voix de Césaire et Senghor, exposées dans la salle.
Enfin, pendant la semaine du Commerce Equitable, des élèves ont travaillé autour du site Internet  « Portraits sonores ». Cette séance  suivant un cours autour des latifundios. Les élèves ont découvert au travers des portraits que les coopératives constituaient une alternative au modèle de production dominant. Le troisième groupe est parti des photos et a été invité à donner un autre titre à la photo qui les avait le plus touché. Les élèves se sont montrés intéressés par le sujet et émus par les témoignages ce qui est un point de départ à des réflexions ultérieures sur l'Amérique Latine et l'Environnement.

Toutes ces activités au sein des classes ont convergé vers un même événement, l'objectif étant que le plus d'élèves possibles puissent se sentir partie prenante. Les élèves étaient invités à restituer à leurs camarades une partie de leurs productions et découvertes lors d'animation d'ateliers ludiques pendant deux temps méridiens au moment de la semaine du Commerce Équitable. Mme Mauguin et Mme Gibert ont assuré la coordination de ce dispositif en encourageant et évaluant l’engagement des élèves. Cette équipe de collégiens s’est donc transformée, le temps de deux évènements sur le temps méridien en animateurs à destination des autres élèves : guides du monde des épices, explorateurs de la « carte de Jean Perrin », maîtres testeurs de 3 sortes de chocolat, ou analystes des acteurs de la filière cacao dans le « jeu du pas en avant ». Tous les élèves du collège ont été invités à participer à ces 6 ateliers ludiques méridiens.
La clôture de cette semaine a été réalisée au lycée, avec une vente de produits équitables et la rencontre d'une représentante de la coopérative Sasha, partenaire d'Artisans du Monde.
Enfin, nous avions prévu un lien avec une des maisons de retraite sur le thème des contes de pays du sud. Cette action a finalement été détachée de l’évènement Commerce Equitable. Une classe ayant préparé contes et chansons est allée à la rencontre des résidents, lors d'une heure de partage de lectures, de musique et de contes suivies d'un goûter. 

 

Votre projet a-t-il donné lieu à une production finale ?

Oui, deux temps forts sur le temps méridien, animés par les élèves participants, et ouverts à tous les autres élèves. Parralèlement au lycée, se sont déroulés plusieurs actions autour du commerce équitable. 

Quelle est la stratégie de communication et de diffusion du projet ?

La communication au niveau du collège s'est faite via le site. Une “Campagne d’affichage” a été réalisée dans le college, devant le Centre de documentation et d'information et en Vie scolaire. Le journaliste du Progrès a été prévenu trop tard du fait d’une confusion avec le lycée. Les différents ateliers ont été détaillés sur le site de l’établissement.

Quels résultats et changements le projet a-t-il engendrés ?

Une évaluation du projet a été  conduite dans les classes concernées, sur ce qu'ils ont apprécié et appris, montrant que dans une des classes, ils avaient apprécié le dispositif qui les sortait d'un cadre exclusivement scolaire, en les faisant réfléchir, alors que dans l'autre, les invitations à s'engager avaient été globalement perçues comme une contrainte, leur motivation principale restant la note. Il est à noter que les ¾ des élèves d'une classe et ¼ des élèves de l'autre classe ont fait preuve d'un engagement conséquent.
Dans l'établissement, de nombreuses personnes ont participé à la phase finale, et toutes ces personnes ont apprécié l’évènement. Certains agents proposent leur concours pour organiser une vente l’année prochaine. On sent globalement un intérêt et une sensibilisation d’une grande partie des collègues enseignants sur le thème du commerce équitable. 
À l'échelon local, nous étions en lien avec la Maison des jeunes et de la culture, qui a apporté son expertise et ses compétences pour la réalisation du jeu de plateau, avec l’animatrice Clémentine. La MJC sera partenaire de notre action si nous la reconduisons l'année prochaine.

 

 

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la mise en place de votre projet ?

- Difficulté pour une intégration fluide dans les programmes. 
- Impossibilité de correspondre avec une école du Congo comme cela était prévu. 
- La non-adhésion d'une partie des élèves.
- Faible intégration de l’équipe Vie Scolaire ne s’est pas intégrée dans le dispositif. 
- Peu de personnes du collège se sont rendus à la rencontre avec les représentants de la  coopérative  indienne qui est intervenue au lycée. 
- Les parents d'élèves via les fédérations ont eté conviés à l’événement, et si nous avons transmis l'information, il n'est pas sûr qu'elle ait été bien relayée.  Prévoir l'année prochaine des invitations nominales, et une intégration dans le service des agents

 

Quels sont les éléments qui relèvent le plus de l'éducation à la citoyenneté mondiale ?

La problématique du commerce équitable relève pleinement de l’éducation à la citoyenneté mondiale. Les trois composantes du développement durable sont présentes, l’économique par la recherche d’un modèle permettant de satisfaire les besoins fondamentaux, le social par la mise en place de modes d’organisations où la dignité de l’homme est respectée et l’environnement, par l’application de méthodes culturales respectueuses de la terre.

En ce qui concerne le projet :

- Faire prendre conscience des inégalités dans le monde par le biais des produits alimentaires de consommation courante pour que nos élèves apprennent l’indignation face aux conditions indignes

- Faire prendre conscience de la richesse culturelle des sociétés du Sud, c’est les rendre plus proches, pour que nos élèves se sentent partie prenante et deviennent des citoyens du monde.

- Promouvoir un modèle d’échange ou la justice prévaut et où les droits de l’homme sont respectés, c’est montrer à nos élèves qu’un autre monde est possible, et que, en certaines parties du monde, il existe déjà. 

Comment avez-vous évalué le projet pédagogique ?

Évaluation classique :
Les élèves évalués ont travaillé sur l'exposition Hungry Planet en maths, l'origine et la présentation des épices en Lettres, et l'approche de la problématique en Histoire/Géographie était globalement de bonne volonté, 
Dans une autre classe, nous nous sommes heurtés à des comportements de rejet de de l'action, aussi seuls les élèves impliqués ont été évalués.    

Évaluation du dispositif par les élèves participants :
Une questionnaire final reprenant les différentes phases du projet a été distribué aux élèves des deux classes pilotes. Les réponses d'une des classes montrent une adhésion du projet « apporte de la joie dans l’établissement » « nous sensibilise au monde alentour » « nous montre les conditions de vie des enfants dans les plantations de cacao ». Une réponse de l'autre classe nous a laissé perplexes qu’avez-vous pensé des interventions de l’association ? « c’est bien, ils ont fait l’effort de venir ».

Évaluation au niveau de l'établissement :
Bien que relayée sur le site Web de l'établissement, et en salle des professeurs, il semble que toute la communauté éducative ne se soit pas sentie partie prenante de l' événement de sensibilisation conduit.

Évaluation des enseignants partenaires :
Certains enseignants ont hésité avant de participer au dispositif, par peur de manquer de temps, par peur également que les élèves ne soient pas assez attentifs. Pour d'autres la participation s'est faite naturellement, et ils ont pu  intégrer le dispositif en cours de route. Pour tous la participation a été très fructueuse, ils sont prêts à renouveler l’aventure. D’autres collègues se sont montrés intéressés pour l’année prochaine. Une telle entreprise ne peut se faire qu’avec la mise en place d’un travail d’équipe réunissant une petite dizaine de collègues. 

 

Commentaires libres

L'année prochaine, nous souhaitons fortement reprendre cette action de sensibilisation, avec plusieurs classes. La vente de produits du commerce équitable avait été réalisée au lycée, sans impacter le collège aussi, nous avons pour projet de reconduire cette action du côté du collège. La salle polyvalente, étant désormais bien installée, il est envisageable de l'utiliser  pour réaliser des diffusions de film, et pour accueillir un partenaire du Sud. Une ou plusieurs ouvertures sur les pays du Sud au niveau de l’établissement, dans un collège qui noue déjà des partenariats suivis dans plusieurs pays européens apportera un élément d’ouverture sur le monde appréciable

/fr/boite-idees
/fr/carte-des-projets
/fr/ressources
/fr/liens
Sciences
Langues
Histoire
Droits de l'Homme
Autre
Alimentation