Construisons ensemble un pont pour la Ithitwe School au Kenya

Nom du partenaire
  • Istituto Comprensivo Anna D’Alençon
  • Istituto Comprensivo Casale 2 F.Negri
  • Scuola Ithitwe Kenya
  • Associazione Meru Herbs Kenya
  • Università Cattolica di Milano
  • Cooperativa Erica rifiuti
  • Cooperativa Senape
Rôle
  • Autre
  • Autre
  • Autre
  • Autre
  • Autre
  • Autre
  • Autre
Autre
  • Conception/réalisation des activités en réseau
  • Conception/réalisation des activités en réseau
  • Conception/réalisation des activités d’échange Nord/Sud
  • Intervention ponctuelle et soutien des relations avec le Kenya
  • Intervention ponctuelle
  • Intervention ponctuelle
  • Intervention ponctuelle
Nom de l'établissement / organisation
Istituto Superiore Balbo
Personne contact
Fabrizio Meni
Coordonnées:
01 42 41 77 07
Courriel
balbo@istitutobalbo.gov.it
Adresse
via Galeotto Del Carretto 1
15033 Casale Monferrato
Italie
Site du projet
http://www.istitutobalbo.gov.it/
Date de démarrage et durée du projet
01/09/2014 - 30/06/2015
Niveau d'enseignement
  • Collège
  • École Maternelle
  • École Primaire
  • Lycée
Nombre d'élèvres, d'enseignants et personnel de l'établissement concernés
315 élèves, 24 enseignants
Thèmes
Alimentation, Citoyenneté mondiale, Environnement et ressources naturelles, Inégalité
Disciplines
Arts, Autre, Géographie, Histoire, Langues, Sciences
Préciser le cadre du déroulement du projet

Projet interdisciplinaire articulé de la manière suivante :
- activités en classe, menées par des enseignants, des opérateurs d’entités externes (universités, coopératives, ONG) et par les étudiants eux-mêmes, selon la méthodologie peer to peer (étudiants des écoles supérieures au bénéfice d’autres compagnons, élèves des écoles maternelles et primaires)
- activités optionnelles : ateliers de musique
- activités extrascolaires, à des fins de sensibilisation et de collecte de fonds

Objectifs pédagogiques

- renforcer la sensibilité environnementale des étudiants à travers une réflexion comparative sur différents styles de vie et sur leurs impacts sur l’environnement au Nord et au Sud de la planète
- favoriser la traduction cohérente des informations acquises dans le contexte quotidien de chacun, en adoptant de bonnes pratiques de durabilité et des gestes de solidarité spontanés
- développer chez les élèves un sentiment d’empathie solidaire vis-à-vis des réalités du Kenya, en le traduisant en des actions concrètes orientées à la réalisation d’un projet de solidarité

Comment le projet est-il né ? A quels besoins répond-il ?

Le projet est né « en sens contraire », c’est-à-dire à partir de la volonté initiale de collecter des fonds pour la reconstruction du pont qui traverse le fleuve Mugi, au Kenya ; sans ce pont, de nombreux enfants n’avaient plus accès à l’école Ithitwe. Ce premier objectif a permis de poser les fondations pour un projet de connaissance, d’échange et de confrontation entre les étudiants piémontais et kenyans : un jumelage qui a permis de réfléchir sur des thèmes de durabilité et de solidarité.

Résumé

Autour de l’objectif initial – la collecte de fonds – le projet a su mettre en place un ensemble d’activités de connaissance, d’analyse, de communication, d’échanges Nord-Sud, de sensibilisation et d’engagement direct dans des initiatives de citoyenneté active. 

PHASE 1 – La connaissance
- Approfondissements en classe sur des sujets de durabilité environnementale au Nord et au Sud de la planète : leçons en face à face, interventions d’experts, recherches menées de manière autonome par les étudiants
- Interventions en classe des opératrices de l’ONG Meru Herbs
- Interventions d’approfondissement thématique peer to peer conçus/réalisés par des étudiants d’écoles supérieures au bénéfice de leurs compagnons et d’élèves de l’école maternelle/primaire

PHASE 2 – L’échange Nord-Sud
- Contacts directs, via Skype, entre des étudiants piémontais et kenyans
- Élaboration et partage de dessins, lettres, photographies, textes et chansons, de la part des deux écoles. Les sujets traités : alimentation, eau, déplacements et consommation

PHASE 3 – Initiatives de citoyenneté active
Les étudiants ont conçu et réalisé :
- des vidéos thématiques de sensibilisation sur l’adoption de styles de vie durables, l’une d’entre elles diffusée à l’Expo
- un espace « équitable » à l’école, avec des produits issus du commerce équitable, une zone pour le tri des déchets et la projection de vidéos en boucle 
- du matériel didactique pour l’espace atelier permanent « La stratégie du colibri », destiné aux élèves des écoles primaires et secondaires du premier niveau
- une conférence publique de sensibilisation sur le thème de la durabilité environnementale.

PHASE 4 – Activités de solidarité internationale
Le projet a inclus un grand nombre et une grande variété d’activités de fundraising (collecte de fonds) au bénéfice de l’école kenyane Ithitwe : 
- à l’école : envoi au Kenya d’appareils vidéo et d’appareils photo
- grâce à la collecte de timbres de la Coop : envoi au Kenya de 5 ordinateurs portables
- spectacle final : collecte de fonds via la vente des billets d’entrée

Votre projet a-t-il donné lieu à une production finale ?

Le projet s’est conclu avec deux événements :
- une conférence publique sur le thème de la durabilité environnementale, organisée par les élèves du Lycée
- le spectacle final du projet
En outre, les étudiants ont réalisé une vidéo de synthèse du projet en soi, instrument de relance de l’initiative pour l’avenir, ainsi qu’une grande quantité de matériel/vidéos de communication et de sensibilisation sur les sujets traités.

Quelle est la stratégie de communication et de diffusion du projet ?

Le rôle de la communication vidéo est central, car cette technique permet une diffusion virale dans un contexte scolaire et extrascolaire. Voici la liste des instruments de communication produits :
1.    À l’école :
- vidéo 1 et vidéo 2 sur le thème des déchets, diffusés en boucle auprès de l’« espace équitable » installé à l’école
- création d’un rap pour sensibiliser à la collecte de fonds
- farandole entre étudiants italiens et kenyans
- vidéo de sensibilisation soulignant la nécessité de ne pas gaspiller l’eau
2.    Sur le territoire local : conférence publique sur la durabilité environnementale, spectacle final et articles publiés dans la presse locale durant tout le projet
3.    À l’échelle nationale : clip vidéo projeté à l’Expo 2015 dans la catégorie Food Short Movie.

Quels résultats et changements le projet a-t-il engendrés ?

- Comportement des étudiants : davantage de participation et de promotion des initiatives de citoyenneté active ; une plus grande capacité d’accueil envers les autres cultures
- Résultats concrets à l’école : mise en place d’un espace dédié à la consommation « équitable » et remplacement de l’eau en bouteilles par l’eau du robinet
- Sur le territoire local : les familles et la communauté ont été informées et sensibilisées sur les thèmes affrontés
- Résultats internationaux : création d’un « pont » de connaissance et de solidarité entre le Piémont et le Kenya ; 5000 euros collectés pour le pont, dont la construction a débuté en juin 2015

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la mise en place de votre projet ?

Difficultés dans l’élaboration d’instruments d’évaluation :
- adaptés à différents ordres d’écoles
- capables de mesurer l’enthousiasme et le niveau d’implication émotive, personnelle des étudiants
- capables de mesurer les résultats extrascolaires : appréciation du spectacle, efficacité de la collecte de fonds, intérêt vis-à-vis du projet

Quels éléments ont facilité la réalisation du projet ?

- l’existence d’une motivation initiale forte et vraiment concrète (la reconstruction du pont écroulé) autour de laquelle le projet tout entier s’est développé
- la possibilité de mettre en place un échange avec une école kenyane 
- la possibilité de collaborer avec une ONG, garantissant la continuité des échanges et des relations avec le Kenya
- la possibilité de planifier un travail interdisciplinaire entre collègues sans difficultés
- le bon niveau de participation du territoire et des familles

Quels sont les éléments qui relèvent le plus de l'éducation à la citoyenneté mondiale ?

- La participation des étudiants dans la conception, l’organisation et la réalisation des activités et leur engagement dans des actions de citoyenneté active
- La focalisation sur les interconnexions existantes entre les régions du Nord et du Sud de la planète
- Le lancement d’un processus inclusif de partenariat et de conception commune entre différents sujets au Nord et au Sud de la planète

Comment avez-vous évalué le projet pédagogique ?

- Pour les élèves de l’école maternelle et primaire : évaluation basée sur la restitution spontanée de dessins réalisés après les rencontres de formation peer to peer avec les élèves du lycée, et sur des jeux d’évaluation
- Pour les étudiants des écoles supérieures ont été évaluées les compétences d’argumentation, d’exposition et de construction synthétique, grâce à :
    - une évaluation, faite par les enseignants, des travaux multimédias réalisés, avec une attribution de l’appréciation dans un carnet scolaire 
    - évaluation donnée par les compagnons plus jeunes à la suite des rencontres

Commentaires libres

Le projet se poursuivra :
- une suite sera donnée au rapport d’échange et de coopération avec le Kenya
- le supermarché local COOP, qui est indirectement impliqué, intègrera le projet, pour l’année 2015-2016, au sein de l’initiative « Adopte une école », donnant suite à la collecte de fonds
- le matériel réalisé sera utilisé par l’atelier scolaire « La stratégie du colibri » pour la mise en place de parcours de formation futurs sur le thème de la consommation responsable

/fr/boite-idees
/fr/carte-des-projets
/fr/ressources
/fr/liens
Sciences
Langues
Histoire
Géographie
Autre
Arts
Inégalité
Environnement et ressources naturelles
Citoyenneté mondiale
Alimentation